L’astro-photographie

Astro photographieL’Astro-photographie est tout simplement la photographie des astres, c’est à dire la photographie de tout corps céleste naturel comme le soleil, la lune, les planètes, les comètes, les étoiles, etc…    Notons que les nébuleuses, les amas d’étoiles et les galaxies sont souvent désignés sous le nom d’objets célestes.

Mais avant de parler de l-Astro-photographie, nous devons maitriser tout d’abord la photographie. et pour ce, le photographe doit choisir le sujet et bien sur l’instrument. En outre, la plupart des photographes avertis possèdent plus d’un appareil, afin de faire face à des situations et à des besoins très divers et ceci, dans les meilleures conditions possibles.

Une scène découverte pour la première fois aura plus d’impact qu’un spectacle habituel ; des éléments d’environnement tels que le bruit, les odeurs, le climat, etc. participent à créer une ambiance pour l’auteur de la photographie mais pas au spectateur extérieur. L’appareil photographique ne peut qu’enregistrer imparfaitement des informations objectives et son fonctionnement diffère en beaucoup de points de celui de nos yeux ; les données subjectives associées à une image lui échappent en revanche intégralement.

Vous entendez parler de L’Astro-photographie, tout en sachant qu’avec le numérique tout devient possible. Alors commençons par le commencement.

*Savoir observer le ciel peut paraître évident, mais beaucoup de personnes souhaitent acquérir un premier télescope pour prendre des clichés de nébuleuses, galaxies ou de la planète saturne. Or, pour pouvoir devenir un bon astro-photographe, il faut d’abord savoir utiliser son télescope en visuel, c’est à dire qu’il faut être capable de repérer les planètes, galaxies et tout ce que l’on souhaite observer, et les maintenir dans l’oculaire du télescope. L’objet céleste semble se déplacer lorsque vous l’observez, celui-ci ne reste pas positionné sur un point fixe, mais cet effet est dû au mouvement de rotation de la terre. Cet effet, même s’il est perceptible lorsqu’on observe au télescope un objet très proche tel que la lune, devient extrêmement rapide pour des objets très lointains.

*Sachant que la galaxie d’Andromède  est la plus proche et que vous souhaitez la prendre en photos : si votre télescope n’est pas équipé d’un système de motorisation pour suivre le mouvement de la Terre, vous aurez beaucoup de mal à « suivre » la galaxie en visuel, et en astro-photo, ce sera quasiment mission impossible.
Par conséquent,  il est primordial, avant de vous lancer en astro-photographie, de savoir vous servir correctement de votre télescope.  Alors vous comprenez que faire de l’astro-photo, est une vraie implication dans l’observation astronomique! Il faut donc avoir le matériel adapté; une monture (équatoriale) adaptée est nécessaire pour l’astro-photo ; c’est-à-dire une monture assez robuste pour supporter le poids des accessoires. A titre d’exemple:

  • une monture de type EQ6.
  • un Réflex numérique Canon EOS 60Da est un appareil de prise de vue  génial, parfait pour ce type de discipline et spécialement conçu pour les astronomes
  • une webcam ou une caméra CCD à fixer sur votre télescope

canon astrophoto

*Les conditions météo optimales sont l’une des conditions nécessaires pour devenir maître dans l’art de l’astro-photographie. En effet, la pollution lumineuse est un élément important lors de l’observation astronomique et concerne aussi l’astro-photographie, ce qui nous mène à profiter

  • d’un ciel entièrement dégagé : loin des lumières des villes.
  • un vent très faible : le vent provoque des turbulences très dommageables à la qualité des photos.

*La patience est une qualité que l’astro-photographe doit avoir parce qu’on ne peut pas improviser l’astro-photo. Alors même si vos résultats ne sont pas convaincants au début, sachez que seule l’expérience et la pratique sauront faire la différence. N’oubliez tout de même pas que vous êtes au temps du numérique ,alors profitez-en pour obtenir très vite des clichés, les mettre sur ordinateur et les retravailler. Donc soyez patients, et ne désespérez pas.

Le choix du logiciel est aussi très important pour traiter ses explois en astro-photographie. un logiciel capable de superposer vos prises et de les réassembler en une seule image afin d’en faire ressortir toutes les couleurs et détails au maximum.  IL faut maitriser les bases du logiciel choisi pour s’en régaler. Pour ce fait on va vous citer quelques uns à titre indicatif :

iris

Iris :  leader dans son domaine, plébiscité par toute la communauté astronomique. Windows

registax

 

RegiStax : beaucoup plus simple à prendre en main qu’Iris, ce logiciel gratuit est idéal pour débuter dans le traitement des images. Site web

astroart

Astroart: logiciel payant. Très pratique pour le guidage. Site web

audela

AudeLA : très puissant, ce logiciel open source permet non seulement le traitement des images, mais aussi le téléguidage, l’aide à la mise en station, etc. Utilisé sur LINUX.  Disponible aussi pour Windows. Site web

lynkeos

Lynkeos: Le logiciel gratuit le plus utilisé sur MACSite web

 

Comme l’appareil photo, le logiciel et beaucoup d’autrs accessoirs, le télescope a une place bien particulière parmis le matériel astro-photographique. Nous ne pouvons pas vous laisser sans vous communiquer quelques types de télescopes:

*Télescope Skywatcher N 200/1000 Explorer BD NEQ-5

  • Puissance optique assez élevée grâce à l’ouverture de 200 mmTelescope-Skywatcher-N-200-1000-Explorer-BD-NEQ-5
  • Structure peu sensible aux vibrations et au vent
  • Miroir primaire parabolique à effet de courbure limité
  • Images très contrastées grâce à des branches de fixation fines et un miroir secondaire de petite dimension
  • Optique lumineuse pour de bons résultat en astrophotographie

Fourniture de l’optique:

  • tube optique avec une ouverture de 200mm et focale de 1000 mm
  • Mise au point Crayford 2 pouces
  • Oculaires 25mm et 10mm (1,25 « )
  • Lentille de Barlow 2x (1,25 « )
  • Chercheur 9×50
  • Plaque avec queue d’aronde pour fixation rapide du tube

Une ouverture de 200 mm révèle à l’observateur du ciel profond bien plus de détails que des télescopes plus petits. Grâce à un pouvoir collecteur supérieur de 78% à celui d’un télescope de 150 mm, on peut même distinguer les bras spiralés les plus fins de nombreuses galaxies et les structures d’autres nébuleuses. Les amas globulaires aussi, comme le fameux amas M13 dans Hercule, peuvent déjà être bien résolus sur leur bord. L’effet de courbure étant limité, le miroir primaire parabolique reproduit les objets avec une grande netteté. Le système optique donne d’excellents contrastes qui sont maintenus à un niveau optimal grâce à un miroir secondaire de seulement 52 mm et de fines branches de fixation. Tout cela permet des observations planétaires tout aussi nettes et lumineuses, même avec un plus fort grossissement. Le tube est équipé d’un solide porte-oculaire Crayford 50,8 mm permettant une mise au point sans décalage des images, ce qui a son importance notamment avec de forts grossissements et en astrophotographie. L’emploi d’oculaires de 50,8 mm permet de tirer profit des champs visuels les plus grands possibles. Le rapport d’ouverture de l’objectif est de f/5. Ce télescope fait donc partie des Newtons rapides. Ce type d’optique convient particulièrement bien pour la photographie. Le chercheur 9×50 est lui aussi considéré comme un atout, car sa grande ouverture permet de voir déjà des objets que l’on ne distingue pas à l’œil nu. Même son aspect extérieur fait de cet instrument un vrai bijou, avec ses lignes élégantes, son tube et son chercheur reluisant dans une teinte noire très esthétique.

*Télescope Omegon N 150/750 EQ-3

  • Grand pouvoir séparateur, grâce à l’ouverture de 150 mm
  • Porte-oculaire en 31,75 mm avec longue plage de mise au pointTelescope-Omegon-N-150-750-EQ-3
  • Chercheur 6 x 30 pour une localisation aisée des objets
  • Vis de collimation pour les miroirs primaire et secondaire
  • Instrument compact – longueur de 66 cm seulement
  • Diamètre extérieur du tube : 185 mm

Accessoires inclus avec cet article:

  • Oculaire 25 mm pour un grossissement de 30x
  • Oculaire 6,5 mm pour un grossissement de 115x
  • Chercheur 6×30 pour localiser aisément les objets célestes
  • Lentille de Barlow 2x pour doubler le grossissement des oculaires

Un rapport d’ouverture « rapide » de 1:5 fait de ce type de télescope un instrument lumineux capable de révéler de nombreux détails sur les objets observés. Son pouvoir collecteur de lumière dépasse celui de l’œil humain d’environ 600 fois. Des amasglobulaire tels que M13 ou M92 sont restitués jusque dans leur centre. On peut aussi observer de nombreuses galaxies. Et les nébuleuses gazeuses comme Omega ou Orion, en dévoilant de nombreux filaments, se présentent comme de superbes objets du ciel d’été et d’hiver.